Pouvoir d’achat des agents publics : il y a urgence !

Depuis des mois, le haut niveau d’inflation se conjugue au gel de la valeur du point d’indice
et fait chuter le pouvoir d’achat des agents publics.
Les organisations syndicales représentatives affirment avec force que les agents publics ne
doivent pas faire les frais de cette situation.

Pour lire la suite de le communiqué de presse intersyndical :

Lettre ouverte du CCAS au SPAC-CFDT

Suite à la déclaration liminaire du SPAC CFDT lors du CCAS plénier du 10 février dernier, l’ensemble des syndicats siégeant dans cette instance, affectés par les propos tenus et diffusés, a souhaité apporter un droit de réponse et informer l’ensemble des personnels de la DGAC et Météo-France de l’incohérence de cette démarche.

Vous trouverez la lettre ouverte ci-après :

8 mars – Journée internationale des droits des femmes

En cette journée du 8 mars 2022, journée internationale des droits des femmes, Force Ouvrière rappelle son engagement pour une réelle égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Pour FO, la promotion de l’égalité s’inscrit au quotidien, toute l’année, par l’engagement de ses adhérents et militants, de ses référents égalité dans nos unions départementales et nos fédérations.

FO appelle le gouvernement à mettre en œuvre une politique économique et sociale réalisant l’égalité effective entre les femmes et les hommes.

Pour Force Ouvrière, le succès de nos revendications ne pourra passer que par la négociation et une action syndicale quotidienne.

Les prix flambent et le pouvoir d’achat s’effondre : INACCEPTABLE !

TOUS EN GRÈVE ET DANS LES MANIFESTATIONS LE 27 JANVIER 2022

Depuis plusieurs mois, les prix de l’énergie flambent de façon brutale.
En 2021, le gazole a augmenté de 12 %, le sans-plomb 95 de 16 % et le sans-plomb 98 de 17,5 % !

Le pouvoir d’achat de la valeur du point d’indice s’effondre !
Entre le 1er janvier 2000 et le 31 décembre 2021, l’inflation en France est de 35,4 %. Aujourd’hui, pour retrouver la valeur réelle du point d’indice de janvier 2000 (en euros constants), il faudrait augmenter la valeur du point d’indice à hauteur de 22,68 % !

Retrouvez la suite des communiqués et le préavis de grève ci-après :

Lettre intersyndicale

Le protocole actuel s’arrêtant à la fin de cette année, aucune décision politique n’a été prise quant aux recrutements pour 2020. Aussi, et afin d’éviter une nouvelle baisse des effectifs, l’ensemble des organisations syndicales de la DGAC ont co-signé une lettre de demande d’augmentation des recrutements pour l’ensemble des corps dès 2020. Celle-ci a été envoyée à la Ministre des Transports Elisabeth Borne.

COM-IS-26-01-11.pdf

FABEC :
Le ministère change de cap et reprend les propositions de G. Savary

L’Intersyndicale de la DGAC (SNICAC, CGT, FO et UNSA IESSA) a pris connaissance de la lettre que le Secrétaire d’Etat aux transports, T. Mariani, a adressée le 12 janvier au DGAC, P. Gandil. 1) FABEC : la fusion des prestataires de navigation aérienne n’est plus d’actualité Le ministère demande à la DGAC d’appliquer la feuille de route du rapport de Gilles Savary. Le gouvernement a donc abandonné sur le moyen terme l’idée d’un prestataire unique de services de navigation aérienne et s’engage sur la voie de la coopération renforcée avec les autres pays du FABEC, comme le préconisait l’Intersyndicale. La forte mobilisation des personnels en 2010 et la proposition d’un projet alternatif crédible (Coop-model FABEC soutenu par l’ETF) ont permis de repousser le projet de fusion des prestataires NA et d’engager la France dans une démarche pragmatique. L’intersyndicale se félicite de ce changement de cap mais restera vigilante sur la suite de ce projet dont la prochaine étape est la rédaction, d’ici à mi 2011, d’une déclaration d’intention des 6 pays sur l’organisation opérationnelle du FABEC.

2) Protocole : le ministère respectera la décision de justice à venir Le ministère réaffirme sa volonté de poursuivre la démarche protocolaire et s’engage à respecter la décision de justice sur la validité juridique du protocole. La justice devrait en effet trancher dans les prochaines semaines sur les recours déposés par l’Intersyndicale. L’intersyndicale demande au ministère de lancer une nouvelle négociation dès que la justice se sera prononcée. Enfin l’Intersyndicale dénonce l’attitude des syndicats signataires qui tentent de lui faire porter la responsabilité des mesures négatives (regroupement des approches, fermetures de services, baisse d’effectifs…) figurant dans le protocole qu’ils ont signé ! Les personnels ne se laisseront pas duper par des procédés aussi malhonnêtes utilisés par des syndicats en perte de vitesse.

COM-IS-26-01-11.pdf

DEMANDE-NEGOCIATION-PROTOCOLE-29-11-10.pdf

SNPACM

FO DEMANDE LA NEGOCIATION D’UN PROTOCOLE FAVORABLE A TOUS LES PERSONNELS !!

Vendredi 26 novembre, FO a rencontré le Directeur Général qui était accompagné du Secrétaire Général de la DGAC, du DSNA et de la DSAC pour évoquer l’organisation du dialogue social du fait de l’échec des négociations protocolaires de juillet 2010. Le DG a confirmé qu’il lui semblait très difficile de mettre en œuvre un protocole qui est refusé par 66% des personnels. Le DG va demander un mandat auprès des nouveaux ministres pour négocier ou pas un nouveau protocole. FO a rappelé son attachement à la logique protocolaire et demandé de nouvelles négociations permettant des avancées pour l’ensemble des personnels titulaires et non titulaires de la DGAC au sein de la fonction publique d’Etat. FO a rappelé que de nombreux points inscrits dans le document protocolaire sont défavorables aux personnels (fermeture des BRIA et de la moitié des approches, réductions d’effectifs dans les délégations, fonctions supports, etc….) et que les modifications statutaires (corps commun d’encadrement, avenir IESSA, grille TSEEAC, retraites ICNA, emplois fonctionnels, repyramidage des corps administratifs, évolution des métiers ouvriers …) doivent être concertées avec l’ensemble des organisations syndicales représentatives, ce qui n’a pas été le cas en juillet. FO a rappelé que l’échec des négociations a eu pour facteur principal l’attitude de la DGAC d’écarter des négociations protocolaires nationales les organisations syndicales qui refusaient : la fusion des services de la navigation aérienne en un seul opérateur (projet MOSAIC), les arrangements entre amis destinés à masquer le démembrement de la DGAC.

Désormais MOSAIC n’est plus soutenu par le gouvernement et le projet « Coop-Model » de l’ETF basé sur la coopération a été retenu comme modèle de construction du FABEC. Espérons que sur le plan national le mandat du DG permette une véritable négociation protocolaire incluant des avancées pour tous (complément retraite, avancement, recrutement, promotion interne, formation etc…) au sein d’une DGAC unie.

Le 29 novembre 2010

DEMANDE-NEGOCIATION-PROTOCOLE-29-11-10.pdf

DENONCIATION-PROTOCOLE-DGAC-16-11-10.pdf

PROTOCOLE DGAC : la dernière manœuvre de manipulation des Ministres quittant le gouvernement !
Le secrétariat d’Etat et la DGAC sont très mal à l’aise sur le dossier protocole, signé fin juillet avec certains syndicats promoteurs de MOSAIC (et d’un prestataire unique). Ce protocole est un véritable échec pour la DGAC. Constatant le peu de signataires, la DGAC a multiplié les incantations allant jusqu’à envoyer le Directeur Général jouer les commerciaux pour convaincre les personnels que le protocole était très favorable. protocole. L’argument principal est que les négociations de ce protocole ont commencé avant la parution de la loi…. On comprend mieux pourquoi la DGAC et ses syndicats partenaires (principalement le SNCTA et l’utcac-unsa) étaient si pressés de signer un accord qui ressemble plus à un arrangement entre amis qu’à un véritable accord social. Le prétexte de la crise et du budget était un écran de fumée pour accellérer le processus protococolaire avant la parution de la loi. FO n’est pas tombé dans ce piège et a continué à défendre la DGAC, les personnels, les statuts, les conditions de travail et les emplois au sein de la fonction publique. Ce protocole est dangereux c’est pour cette raison que nous l’avons dénoncé. Pourquoi l’équipe sortante tient-elle tant à mettre en œuvre cette version du protocole ? Pourquoi certains signataires sont-ils si pressés de faire avancer certains dossiers plutôt que d’autres ? N’y aurait-il pas quelques intérêts individuels en jeu ? FO, en concertation avec les autres membres de l’intersyndicale étudie dès à présent les suites juridiques de ce courrier. FO rappelle sa volonté de retrouver un dialogue de qualité pour négocier un véritable protocole social en faveur de tous les personnels et du service public à l’usager au sein de la fonction publique d’Etat.

Les personnels ont largement rejeté ce protocole qui n’offre aucune garantie pour l’avenir.
Le Secrétaire d’Etat, après avoir tenté une dernière fois de faire signer les syndicats, avait acté début octobre la dénonciation du protocole conformément à la loi de juillet 2010. Les organisations syndicales représentant 66% des personnels ont dénoncé ce protocole destructeur de services et d’emplois et demandé de nouvelles négociations pour l’ensemble des personnels. Le 12 novembre 2010 surprise : par courrier daté du 9 novembre les deux ministres, qui quitteront le gouvernement 3 jours plus tard, ont envoyé un courrier aux représentants des organisations syndicales ayant dénoncé le protocole. Dans ce courrier il est écrit que suite à un avis, sans expertise juridique, du Ministre de la fonction publique, la loi du 5 juillet 2010 ne peut pas s’appliquer au cas spécifique de ce

DENONCIATION-PROTOCOLE-DGAC-16-11-10.pdf

COM-IS-RETRAITE-15-10-10.pdf

Le 15 octobre 2010

Retraite
un sujet concernant tous les personnels DGAC !

Le gouvernement persiste à vouloir faire adopter sa réforme des retraites malgré des arrêts de travail et des manifestations de plus en plus massifs et une opinion publique largement défavorable. Les syndicats de l’intersyndicale DGAC trouvent cette réforme socialement injuste et soutiennent l’action nationale entreprise de façon unitaire par toutes les confédérations syndicales. Dans le cadre des discussions protocolaires, l’intersyndicale avait demandé la mise en place, pour tous les personnels de la DGAC, d’un complément retraite du même type que l’ATC (Allocation temporaire complémentaire) versée aux ICNA depuis 1998. L’administration a refusé. L’intersyndicale considère cette mesure comme prioritaire et continuera à la défendre dans le cadre des nouvelles négociations qu’elle souhaite voir démarrer après le remaniement ministériel prévu en novembre. A la demande de M. Bussereau, la DGAC s’apprête à lancer les états généraux sur la retraite des ICNA. Il serait inacceptable que cette négociation ne concerne pas l’ensemble des personnels de la DGAC.

COM-IS-RETRAITE-15-10-10.pdf

COM-IS-SUITE-REUNION-BUSSEREAU-05-05-10.pdf

Le 5 octobre 2010

FABEC : le prestataire unique n’est plus d’actualité
Le Secrétaire d’Etat aux Transports, Dominique Bussereau a reçu les syndicats de la DGAC le 4 octobre. Deux dossiers ont été évoqués : le FABEC et le protocole DGAC.

FABEC : le prestataire unique n’est plus d’actualité
Gilles Savary a présenté son rapport. Il a clairement indiqué que le prestataire unique FABEC n’est pas envisageable à moyen terme. Les autres pays n’en veulent pas et préfèrent une approche pragmatique « étapes par étapes » sur un mode coopératif. Les propositions de l’intersyndicale de créer une structure de gouvernance commune dotée de la personnalité juridique et de renforcer la coopération des autorités de surveillance sont clairement reprises (projet coop model FABEC). La mobilisation des personnels depuis janvier a donc permis d’obtenir une inflexion importante de la position du gouvernement, annoncée le 11 janvier, sur la création d’un prestataire unique. D. Bussereau va maintenant soumettre aux autres Etats la proposition de G. Savary d’utiliser le MUAC (centre de contrôle de Maastricht) comme embryon juridique et structurel du FABEC. L’intersyndicale va rester vigilante sur ce sujet qui pourrait être une manière de faire revenir à terme le prestataire unique par la fenêtre.

Le protocole DGAC est invalidé
Suite à la dénonciation du protocole par l’intersyndicale, D. Bussereau a reconnu que le protocole était donc invalide au sens de la loi du 5 juillet 2010 portant rénovation du dialogue social dans la Fonction publique. L’intersyndicale a demandé l’ouverture de nouvelles négociations permettant d’aboutir à un accord majoritaire au profit de tous les personnels. Le ministre a refusé d’ouvrir ces négociations et renvoie les discussions vers les instances de dialogue social (CTP…). L’intersyndicale veillera à ce qu’il n’y ait pas de dérive catégorielle. Il n’y a donc plus rien à attendre d’un ministre qui a confirmé qu’il est sur le départ. Nous espérons que son successeur sera plus ouvert sur la relance du dialogue social à la DGAC. Sinon la fin de l’année promet d’être animée…

COM-IS-SUITE-REUNION-BUSSEREAU-05-05-10.pdf